• 0 PAGE
  • 01 PAGE
  • AJG_7403
  • AJG_7405
  • AJG_7409
  • AJG_7412
  • AJG_7420
  • AJG_7422
  • AJG_7428
  • AJG_7429
  • AJG_7442
  • AJG_7444
  • AJG_7446
  • AJG_7447
  • AJG_7457
  • AJG_7458
  • AJG_7459
  • AJG_7461
  • AJG_7464
  • AJG_7467
  • AJG_7478
  • AJG_7504
  • AJG_7505
  • AJG_7508
  • AJG_7510_modifié 1
  • AJG_7512
  • AJG_7514
  • AJG_7517
  • AJG_7518
  • AJG_7520
  • AJG_7523
  • AJG_7525
  • AJG_7530
  • AJG_7530 E
  • AJG_7530 F
  • AJG_7530 I
  • AJG_7532
  • AJG_7534
  • AJG_7535

PAGE ACCUEILAllocution de Madame le Maire Laetitia Cornu
le 3 mars 2017,
lors de l'inauguration de l'école

Monsieur le secrétaire général, monsieur le député, monsieur le sénateur, monsieur le président du conseil départemental, Mesdames les conseillères départementales, messieurs les maires, madame l'inspectrice, mesdames et messieurs les conseillers municipaux, mesdames les enseignantes, mesdames messieurs.

Je vous demande d'excuser monsieur Laurent Wauquiez, président du conseil régional, madame Laurence Lebrat, présidente de la CAF, monsieur Olivier Cigolotti, sénateur, Monsieur Jean-Pierre Marcon, président du conseil départemental, monsieur Michel Vasselon, président du Cigal.

Je suis particulièrement heureuse de vous retrouver ici aujourd'hui, pour cette inauguration longtemps attendue.

Cette école, c'est un projet qui vient de loin. En voir la réalisation aujourd'hui, c'est un grand moment.

C'est une histoire qui a commencé, Mme Benoist s'en souviendra, il y a 4 ans, en juin 2014, quand, au vu des effectifs, vous m'avez appelée pour me dire que, si la commune pouvait trouver un local adapté, une classe pourrait être ouverte à la rentrée. Il fallait une réponse dans les trois jours.

Bien entendu, une ouverture de classe, ce n'est pas quelque chose qui se refuse, surtout quand la maternelle craque de partout, avec plus de 32 ou 35 enfants et une cour toute petite. Nous avons donc trouvé un local provisoire (et je remercie les bénévoles de la bibliothèque qui ont accepté de déménager pendant trois ans), et nous avons donné un coup d'accélérateur au projet auquel nous avions heureusement déjà réfléchi, mais en incluant deux classes au lieu d'une.

Faire une école ici, au coeur du village, et rénover pour cela un vieux bâtiment, alors qu'il est plus simple de partir de rien et de construire à l'extérieur, c'était un choix, et un choix fait par les maires précédents et que j'ai souhaité confirmer. En 2007, début décembre, c'est la rénovation de la primaire qui était inaugurée, et déjà, la municipalité précédente avait mis près de 250 000 € dans ce projet. Si l'on avait enlevé l'école du centre du village, on s'apercevrait que le bourg aujourd'hui serait calme, très calme. Extrêmement calme. Or nous voulons conserver un village vivant, avec des commerces, des enfants qui jouent et des services publics. Tout cela va de concert, et si l'on avait retiré l'école, à terme on aurait également retiré tout le reste.

Et d'ailleurs, quand nous sommes allés rencontrer les financeurs, l'idée de redynamiser le centre bourg leur a plu.

Construire ici, c'était donc acquis. Mais construire comment ? Là encore, nous avons souhaité faire, autant que possible, une école écologique. Les normes sur l'isolation sont assez contraignantes. Nous sommes allés au-delà, pour obtenir un petit cocon douillet pour les enfants. Le choix du toit végétalisé pour le préau, qui conserve la fraîcheur en été et la chaleur en hiver, s'inscrit dans la même logique. Nous avons également choisi de remplacer le réseau de chaleur au fuel par une chaufferie bois, et nous nous approvisionnons en granulés de Haute-Loire. Non seulement, on ne fait plus venir de pétrole de Russie ou du Golfe, mais en plus, on fait travailler des locaux. Pour la cour, nous avons choisi un revêtement à liant végétal, toujours dans l'optique d'éviter les hydrocarbures, qui viennent de loin et qui, par temps chaud, font des émanations qui ne sont certainement pas excellentes pour les poumons des enfants.

Et maintenant, les enfants fabriquent un hôtel à insectes pour les étudier et comprendre leur environnement.

Un bâtiment comme celui-ci, évidemment, cela coûte cher. Très exactement 970 407 € en comptant les études, la maîtrise d'oeuvre et les travaux. Et si l'on rajoute l'équipement, (mobilier,
informatique) cela s'élève à 999 380 €. Un million.

Vous comprenez bien que tout seuls, commune de Lavoûte sur Loire, quelle que soit notre bonne volonté, on n'y serait pas arrivés. Mais on a été aidés, on a apporté notre projet sur beaucoup de bureaux, et on a rencontré beaucoup de sages-femmes qui nous ont aidés à mettre ce gros bébé au monde. Et je voudrais leur donner un coup de chapeau.

En premier lieu, je voudrais remercier la communauté d'Agglomération, qui a bien voulu honorer les engagements pris par la communauté de communes de l'Emblavez, et qui nous a versé 19 399 €.

Je remercie l'Europe, qui nous a apporté 35 522 €. Quand je dis l'Europe, je pense aux citoyens de Bratislava, d'Uppsala ou de Barcelone qui ne savent certainement pas que leurs impôts ont servi à financer une école en Haute-Loire, France, mais en tout cas, nous le savons, et nous les en remercions.

Je remercie le Département, qui nous a aidés tant pour l'achat du mobilier que pour la chaufferie, pour un montant de 39 128 €.

Je voudrais également remercier la Région Auvergne Rhône Alpes, qui nous a versé 115 039 €, dont une partie pour l'école et une autre pour le réseau de chaleur.

Et enfin, last but not least, je voudrais remercier l'Etat. Je sais que ce n'est pas courant, que dans les collectivités locales, on a plutôt tendance à faire les grognons, à parler de la baisse des dotations même quand elles ne baissent plus, mais en l'occurrence, l'Etat s'est engagé, il a fait le boulot, en nous apportant 412 194 €. Sans l'Etat, il faut bien le dire, nous n'aurions pas pu créer cette école.

Le montant total de subventions s'élève donc à 621 282 €.

Je voudrais aussi remercier d'autres personnes qui, par leur temps, leur engagement, ont permis que ce projet voie le jour.

Permettez moi de remercier tout particulièrement et très chaleureusement Jean-Paul Beaumel, qui, je crois, a eu l'idée le premier, l'a gardée dans un coin de sa tête jusqu'à ce que cela devienne possible et qui, ensuite, a suivi le chantier, réunion après réunion, depuis l'ouverture des plis jusqu'aux visites, tous les mardi à 11H, 10H quand il y avait beaucoup à faire.

Je remercie aussi les artisans qui ont travaillé sur ce chantier. Cela n'a pas été facile tous les jours. M. Malosse se souviendra de la fois où en voulant enlever une pierre, la moitié d'un mur s'est effondré. Et d'un coulage de dalle par une pluie digne du Déluge... je me souviens aussi de murs fraîchement peints qui ont subi des dégâts dès le lendemain, de prises électriques qu'il a fallu déplacer plusieurs fois... bref, les aléas d'un chantier, qui se fait jour après jour. À tous, merci de votre implication, même les samedis après-midi parfois. Je crois que vous avez fait naître des vocations chez les petits.

Je remercie les architectes, messieurs Magaud père et fils, qui ont réussi le pari de la rénovation et de l'intégration dans le village. L'école est belle et fonctionnelle, que demander de plus ?

Un chantier, ça fait du bruit, de la poussière et des encombrements. Je remercie les voisins de leur patience.

Je remercie également les enseignantes, qui ont bien travaillé sur les plans, qui ont déménagé, supporté les bruits, ce chantier leur a occasionné beaucoup de travail supplémentaire. Pour le meilleur, bien entendu.

Merci également aux employés, du service technique, de ménage ou scolaire, qui ont toujours répondu présent quand il a fallu déménager, ranger, trier, réparer, fixer, fabriquer... on ne compte plus les heures qu'ils et elles ont passées.

Voilà où on en est actuellement : 22 tout petits dans la classe de Sarah Laurent, 19 gs cp dans la classe de Valérie Fleszar, 19 CE dans la classe de Véronique Berniaud et 19 CM dans celle de la directrice Aurélie Bonnefoy.

 

Pour finir, une école, c'est un pari sur l'avenir. Je crois qu'on ne peut pas faire de plus beau cadeau à nos enfants que l'éducation, une éducation dans de bonnes conditions. Les enfants du XXIe siècle n'ont pas tout à fait les besoins de ceux du XXe, ou que ceux du XIXe, on a rangé les plumes et sorti les tablettes, mais fondamentalement, c'est à l'école qu'on apprend à devenir citoyen, c'est à l'école qu'on apprend toujours à lire, à écrire, à compter, et à étudier les insectes (entre autres), le monde qui nous entoure, et à se confronter aux autres.

Cette école sera encore là quand nous n'y serons plus. En tout cas, c'est ce que nous souhaitons, et ce pour quoi nous avons travaillé.

Il reste une toute dernière question en suspens : quel nom donner à cette école ?

Le nom choisi a été suggéré à la fois par les enfants et par certains habitants. Il s'agit de La Galoche (1).

(1) En souvenir de la voie ferrée reliant Lavoûte sur Loire à Lavoûte sur Rhône. (NDLR).

 
 
 

emblavezlogo agglo

Horaires de la mairie

Tous les matins de 9 h à 12h,
du mardi au samedi.
Madame le Maire, les matins :
jeudi et samedi sur rendez-vous.

Nous contacter

Téléphone : 04 71 08 50 13
Télécopie : 04 71 08 16 96
Pour nous contacter par mail, cliquez ici.

Back to top